LA QUÊTE ET LE DENIER

« L’ouvrier mérite son salaire » dit Jésus (Mt 10, 10).

POURQUOI DONNER ?

Le Denier de l’Eglise n’est pas un don comme un autre. Il ne fait pas appel à la générosité, mais plutôt à un sentiment d’appartenance ou de fidélité envers l’Église, pour que ceux qui sont plus spécialement en charge d’annoncer évangile et de faire vivre l’Église, aient une juste rémunération. Le Denier est un don volontaire, il n’y a pas de tarif ! Chacun donne en conscience selon ses possibilités. Créé par l’Église catholique en France après la séparation de l’Église et de l’État en 1905, le « denier clergé » a été institué pour permettre le traitement des prêtres qui était jusqu’alors pris en charge par l’État. Il en est de même pour chacune des religions en France. Mais le Denier n’est pas suffisant, et il ne couvre qu’une partie importante des charges. Les intentions de messe sont également dédiées au traitement des prêtres. Les diocèses, les paroisses ont d’autres ressources, principalement les quêtes, les offrandes de cérémonies, les legs et donations. C’est l’ensemble de ces recettes qui permet de financer l’ensemble des besoins pastoraux de l’Église : fonctionnement, charges sociales, formation, logement et frais pour les prêtres, les religieux et pour les laïcs en mission.

Ce sont la quête et le denier qui paient nos prêtres !

Avec confinement de ce début d’année, les ressources de la paroisse ont presque totalement disparu. Plus de baptême, ni de mariage, de communion ou de profession de foi. Les obsèques elles-mêmes n’ont pas pu être célébrées selon les souhaits des familles. Les intentions de messe, demandées en toute bonne foi, n’ont pas toujours été suivies d’offrande.
Les prêtres, loin de toucher le SMIC, reçoivent environ 900€ par mois. Ils ont déjà vu leurs émoluments baisser. Leurs retraites sont en péril. Pourra-t-on payer et donc garder plusieurs prêtres à Salon dans les années qui arrivent ? Devront-ils prendre un travail à mi-temps en complément de salaire ? Qu’en sera-t-il des communautés religieuses dans notre diocèse ? Votre don est absolument nécessaire. MERCI

Et les caisses sont presque vides !

« Que celui qui reçoit l’enseignement de la Parole fasse une part de tous ses biens en faveur de celui qui l’instruit » Saint Paul aux Galates 6-6 : « Si nous avons semé pour vous les biens spirituels, serait-il excessif de récolter des biens matériels ? » (1 Co 9,10-14).

ALORS CONCRÈTEMENT ?

Combien donner ?
Le montant du don est laissé à l’appréciation de chacun. L’Église propose comme repère de donner l’équivalent de 1 à 2% de son revenu annuel. Toute participation, même modeste, est précieuse.

Comment donner ?
A la quête, n’hésitez pas à déposer dans le panier tout ce que vous y auriez mis pendant toutes les messes auxquelles vous n’étiez pas présents physiquement.